Image
Top
Navigation
12 juillet 2015

La Birmanie, des sentiments partagés

Juillet 2015

Nous sommes arrivés en Birmanie avec beaucoup d’attentes. Ce pays qui évoque de fabuleux paysages, des pagodes surplombant les collines, en passant par la magique plaine de Bagan, le lac Inle, le sud est avec le Rocher d’Or, Mawlamyaïne, les pitons rocheux de Hpa-An et enfin Rangoon.

Pêcheur sur le lac Inle - Yolo travel

C’est surtout des sentiments mitigés qui nous envahissent progressivement au cours de ces 4 semaines passées dans cette mystérieuse et tant prisée destination qu’est la Birmanie.

Notre voyage commence en haute Birmanie dans la ville de Mandalay. Nous sommes les rares touristes dans une ville très étendue. L’ambiance est étonnement calme, pourtant très appréciable à notre arrivée ; c’est bien ce que nous reprocherons à ce pays au cours des prochaines semaines…
Après quelques jours à Mandalay, nous décidons de louer des scooters pour remonter vers le nord. 3 jours de road trip sur les routes sinueuses, passant les péages à fond les ballons, roulant sur des autoroutes vides.

Notre envie ? Essayer d’être libre de nos mouvements dans ce pays qui contrôle les moindres faits et gestes de sa population.

Environ 700 km dans les alentours de Mandalay, puis de Pyin U Lwin à Thipaw, à la recherche de nouveaux paysages, d’authenticité, et d’échange avec la population. Sûrement le meilleur moyen de découvrir le pays comme bon nous semble. Ce même sentiment de liberté découvert au Sri Lanka, comme nous l’écrivions dans l’article « Les routes du Sri Lanka« .

Haute Birmanie - Yolo Travel

A Bagan, impatients de découvrir cet exceptionnel site aux 2000 pagodes, nous sommes pour la première fois confrontés à la dureté du régime politique. Pour les touristes, interdiction de louer des scooters, seuls les vélos et scooters électriques limitant notre périmètre d’excursion nous sont autorisés. Les plus optimistes y verront un formidable moyen de protection de l’environnement. Selon nous, un excellent moyen de retourner en enfance, dérapages et autres cascades dans les sentiers de sable, nous ont amusé toute la journée, jusqu’à ce que la batterie d’un des « e-bike » nous lâche !

Lever de soleil Bagan - Yolo Travel

Par la suite, nous comprenons que tous les déplacements dans le pays sont contrôlés. Il nous est impossible de sauter dans un bus comme nous le faisions jusqu’à présent dans les précédents pays. Ici les voyages se font dans d’énormes bus climatisés au confort démesuré.
Nous louons des vélos et essayons d’accéder au lac Inle. Entouré de marécages sans aucun accès aménagé, il nous est impossible de le découvrir autrement qu’en bateau…
Dans les guest house et transports, nos passeports sont photocopiés et contrôlés par la police touristique.

Nous quittons ce pays avec cette sensation d’inachevé. Nous aurions tant aimé échanger avec les birmans autre chose que des sourires. Qu’ils nous expliquent la situation du pays, les changements potentiels en vue des élections du chef de l’état en novembre prochain, pourquoi ces si jeunes enfants travaillent-ils tous en tant que serveurs, ou petites mains dans les établissements ? Ou même avoir une discussion banale sur la vie en Birmanie…

Nous restons avec des interrogations plein la tête, un sentiment de « platitude », de pays « fade ».
Le climat défavorable en raison de la saison des pluies nous a malheureusement fait découvrir le pays sous la grisaille.
Très peu de touristes rencontrés en raison de la basse saison a joué sur le manque d’animation constant, nous ne nous en plaignons pas pour autant !
Les diverses lectures et avis entendus sur ce pays nous ont sans doute influencé dans nos attentes.
L’impression de « manque de vie » des birmans n’est-il pas le résultat de l’influence de la culture hindoue après ces semaines passées dans l’agitation ? Si avec les indiens (trop) curieux, que nous adorions ou détestions parfois, il y avait toujours un échange, un petit mot, une longue conversation (qui se finissait toujours par please add me on Facebook), avec les birmans c’est le calme plat. Finalement un sourire échangé c’est bien mais ça ne suffit pas ! La réponse doit se trouver quelque part entre la religion bouddhiste, les années de répression politique, la barrière de la langue ou autre chose qui nous échappe totalement…

Ethnies birmans - Yolo travel

Le débat est ouvert. Partagez votre expérience, comment avez-vous vécu votre voyage en Birmanie ?

Envie de voir plus de photos ? La suite ici

Submit a Comment

Posted By

Categories

Birmanie